Workshop : "Délibérer en organisation : entre utopie et pragmatisme"

15 novembre 2012

Evénement organisé par Primal (Université Paris Ouest Nanterre) et Philolab.

Télécharger le programme

Adresse : UNESCO, 125 avenue de Suffren, 75007 Paris

 

10h30-12h45 (salle VII)

Introduction par Eric Pezet (Primal) et Claire de Chessé (Philolab)

Jacob Dahl Rendtorff, Université de Roskilde, Danemark

D’un point de vue normatif, les valeurs de dialogue social sont essentielles pour fonder une négociation dans les organisations et pour assurer l´équité des relations entre les parties prenantes. En effet, le dialogue et la communication avec les parties prenantes va au-delà du dialogue traditionnel opéré avec les relations sociales  constituées encore majoritairement par les organisations syndicales. La négociation entre patronat et relations sociales est parfois conflictuelle. Ce qui change vraiment avec la théorie des parties prenantes est que le dialogue se déplace d’instances secondaires pour les décideurs (instances statuant sur les conditions de travail) à des instances de décisions : le gouvernement d’entreprise

.

2.  La pertinence du modèle délibératif pour les organisations

La démocratie en entreprise : justification et possibilité

Axel Gosseries, Université catholique de Louvain, Chaire Hoover d'éthique économique et sociale
Développer un programme de recherche sur les pratiques délibératives en organisation et en particulier en entreprise suppose d’aborder deux questions fondamentales : d'abord, comment justifier la nécessité d'une démocratie dans l'entreprise? Ensuite, quels obstacles spécifiques existent quant à la possibilité d'une forme délibérative de la démocratie dans l'entreprise ?

 La démocratie délibérative, un modèle pour les organisations?

Pierre-Yves Néron, Université catholique de Lille, Département d'éthique et Institut de philosophie

Les démocrates délibératifs conçoivent la délibération, c’est-à-dire l’échange constant de raisons au sein d’un espace public ouvert et inclusif, et non seulement la représentation, comme étant au cœur de la vie démocratique. Étant donné une telle exigence, la démocratie délibérative semble représenter un modèle intuitivement plausible pour penser la démocratie au sein des organisations, notamment économiques. Je tenterai de montrer qu’elle offre des avantages d’un point de vue épistémique (qualité de la prise de décision, etc), mais qu’elle souffre de certaines lacunes lorsque vient le moment de penser des enjeux relationnels portant sur les structures hiérarchiques, chaînes de commandements et formes d’autorité caractérisant ces organisations.

.

14h30-17h

3. La délibération comme mode d’ouverture à autrui

Deliberative Democracy and Organisational Dynamics in New Forms of Migrant and Ethnic Representation

Nelarine Cornelius, University of Bradford and Miguel Martinez Lucio, University of Manchester 

In discussing deliberative democracy many have been less committed to understanding the way migrant and black and minority ethnic (BME) communities are consulted in relation to the state and major ‘social partners’ such as employers organisations and trade unions.  New forms of consultation of an institutional nature have been experimented with in terms of consultative and network based mechanisms in cases such as the UK. However the presentation which draws from the work of an academic network argues that traditional issues within representation such as bureaucracy and participative gaps remain a challenge. Moreover, questions of political representation and of formal strategies of networking have become increasingly market-oriented, and in many cases the state has encouraged a hierarchical and commercialising (privatising) agenda. The interface between the state, traditional social movements, new social movements and informal networks is one we need to start focusing on as a way of comprehending the question of participation within migrant BME communities and the ‘new city’- and its limitations in structural terms as much as strategic ones. Democratic deficits are also being compounded by complexity and fragmentation in political and economic terms, and shifts in the orientation of the state

.

4. La délibération comme outil de recherche

L’enquête du sens commun : un outil de délibération pragmatique au service des recherches de terrain en management
Eric Pezet, Université Paris Ouest, Claire de Chessé, Philolab, Antoine Harfouche , université F. Rabelais de Tours

Il est fréquent que les recherches de terrain en management s’enracinent dans une demande des entreprises et des managers eux-mêmes et que le travail d’enquête du chercheur croise celui des acteurs de terrain. Comment faire pour distinguer rigoureusement les deux et permettre au chercheur de percevoir le plus finement et le plus objectivement possible le processus d’enquête du sens commun mené par les acteurs eux-mêmes? A partir du cas concret d’une recherche de terrain sur l’employabilité, nous montrerons comment un outil de délibération permettrait au chercheur de mieux saisir comment les acteurs de terrain construisent le sens des situations qu’ils vivent. 

 

 

© 2014   Créé par Philolab.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation